RDC : La CENCO dénonce la répression des manifestations de l’opposition, l’instrumentalisation de la justice et les arrestations arbitraires

La Conférence Épiscopale Nationale du Congo, CENCO, à travers une déclaration rendue publique jeudi 22 juin dernier, à occasion de la clôture de sa 60ème assemblée générale tenue à Lubumbashi, Chef-lieu de la province du Haut-Katanga, s’est prononcée sur le processus électoral en cours, le climat politique et l’insécurité observée à l’Est de la République Démocratique du Congo.

Après son observation sur le climat politique congolais, les évêques catholiques ont déploré la répression violente des manifestations des opposants, les arrestations arbitraires et la prise en otage de l’instrument judiciaire.

« Nous observons aujourd’hui un recul déplorable caractérisé par la répression violente des manifestations de l’Opposition, la restriction de la liberté de mouvement des opposants, des tentatives des projets de lois discriminatoires, l’instrumentalisation de la justice et les arrestations arbitraires », a déploré la CENCO dans sa déclaration signée conjointement par les évêques et archevêques.

Et de poursuivre :

« Nous condamnons toutes ces pratiques inacceptables et rappelons que nous tenons aux élections inclusives », a souligné la CENCO.

A ce propos, a-t-elle ajouté, le Peuple n’acceptera pas un empêchement purement politique de qui que ce soit de se présenter comme candidat aux élections : il faut lui laisser la liberté de faire le choix de ses dirigeants, conformément à la Constitution.

En outre, la CENCO a invité le peuple congolais à la vigilance contre toute tricherie électorale.

« Pour des élections crédibles, Peuple congolais réveille-toi de ton sommeil ! Car il est temps que nous choisissions nous-mêmes nos dirigeants. Que personne n’achète ni ne corrompe notre conscience. A six mois des échéances électorales, nous nous invitons tous à la vigilance sur le processus électoral. Ayant été abusés aux élections de 2018, nous devons en tirer des enseignements et nous comporter de façon conséquente pour que désormais, les Institutions à mandats électifs de notre pays soient dirigées par des personnes réellement élues », a alerté la CENCO.

Par ailleurs, la CENCO a décrié la persistance et l’aggravation de l’insécurité, surtout dans la partie Est de la RDC, ainsi que la multiplication des groupes armés qui préoccupent cette organisation ecclésiale au plus haut point.

« Avec la résurgence du M23, soutenu par le Rwanda, une partie du Territoire national échappe au contrôle de nos forces armées depuis plus d’une année », a-t-elle déploré.

Cette dénonciation intervient quelques semaines après la répression sanglante de la marche du bloc de l’Opposition, organisée par les opposants Katumbi, Matata, Fayulu et Sesanga, en date du 20 mai dernier.

Rédaction ECHOCONGO.NET

[everwpvisitcounter]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *