Félix Tshisekedi instruit le Gouvernement à prendre des mesures urgentes contre le phénomène des mariages précoces des jeunes filles congolaises

Le Président Félix Tshisekedi a, lors de la 60ème réunion du Conseil des ministres tenue vendredi 1er juillet 2022 en présentiel à la Cité de l’Union Africaine, instruit le Gouvernement à prendre des mesures urgentes pour barrer le phénomène des mariages précoces des jeunes filles en République Démocratique du Congo (RDC).

Cette recommandation est intervenue après l’observation de ce phénomène qui compromet l’avenir de jeunes filles.

« Certaines mesures urgentes doivent être prises pour stopper ce fléau qui gangrène notre société et compromet l’avenir de nos jeunes filles », a-t-on lu dans le compte rendu du vendredi 1er juillet 2022 publié par le ministre de la Communication et des médias, Patrick Muyaya.

A en croire cette source gouvernementale, le Président de la République a aussi déploré l’offre en mariage des jeunes filles par compensation.

« Dans certains cas, les petites filles sont offertes en mariage en compensation des dettes de leurs parents, ce qui constitue une forme d’esclavage. Toutes ces pratiques se font en violation totale des Lois y afférentes », a rapporté Patrick Muyaya.

A cet effet, d’un côté, la Ministre d’Etat, Ministre de la Justice et Garde de Sceaux, a été chargée de prendre les dispositions idoines pour faire respecter les Lois en la matière sur toute l’entendue du Territoire national. De l’autre côté, le Vice-Premier Ministre, Ministre de l’Intérieur, Sécurité, Décentralisation et Affaires Coutumières, le Ministre d’Etat, Ministre du Budget, le Ministre des Finances, et le Ministre de Genre, famille et Enfant, le Ministre des Affaires Sociales sont chargés, chacun en ce qui le concerne, d’agir avec célérité sur les dossiers y relatifs.

Il est important, poursuit Muyaya, qu’une politique de vulgarisation sur cette thématique soit élaborée et mise en œuvre, plus particulièrement dans les milieux ruraux.

Notons que la RDC est signataire des Lois et instruments internationaux de protection des droits de l’enfant, tels que la Convention Internationale des Droits et de Protection des Enfants, ainsi que la Loi numéro 16/008 du 15 juillet 2016 modifiant et complétant la loi N°87-010 du 1er août 1987 portant Code de la famille, qui porte la majorité à 18 ans pour le mariage.

Le mariage précoce est donc, selon la définition de Patrick Muyaya, un phénomène social qui a des ramifications sociologiques et culturelles. Il découle d’une conception de la société qui attribue à la femme un rôle social qui se limite à la procréation ou aux corvées domestiques.

Equipe de rédaction ECHOCONGO.NET

311 Views

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *